Interview with Dominique Leonetti

The French art rockers LAZULI are offering a new album called 'Season 8' (Review siehe hier), which is reason enough for us to have a nice conversation with singer Dominique Leonetti. If you want, you can read it at the end of the article in the original French text:

Congratulations on the new Record! How do you manage to present a new album with new songs every two years?

Thank you so much !!!

Writing an album requires a lot of energy, and after every recording, we tell ourselves that we will take more time before the next one. But each time, the need to express things pushes me to write songs, and therefore gives us the urge to record them. We are incredibly lucky to have listeners and to be able to share our music with them; I am always afraid that all this will stop overnight, time is precious, we enjoy the present. We don't impose two years between two albums, it’s the songs that impose that on us... and it is probably this disconcerting world that gives us the raw material to write them, not ourselves.

Or are you simply such a well-rehearsed team, since the lineup has been constant for almost seven years?

It is true that we are a well-rehearsed team, but that could be a brake, too! Like a dull old couple. Fortunately, we are more like these old couples still in love, knowing each other by heart but at the same time, always discovering something new in the other one, and always admiring each other.

Four albums and two DVDs in seven years! It's true, that's a lot! I did not notice this before!!! Because of this question, I now feel tired :-D

We do everything by ourselves, each step is conceived and created by one of us, from writing to recording, from mastering to the cover... It's a lot of hassle, torment but also a lot of happiness, satisfaction and an outlet for our anxieties. Each time it is a new adventure.

Did you approach the new album as you usually do, or did you make any changes in composing or producing it?

What is usual is the excitement that ignites us when we start a new project, and always the same doubt that assails us, as soon as the excitement is over. But suddenly, this doubt pushes us to surpass ourselves, to look even deeper within ourselves.

Our usual "method" is as folllows: I write the songs alone, then we work on the first directions with Ged and Claude, then Vincent and Romain take a look at it. Working in several stages with everyone’s sensitivities makes choices of direction with a little more hindsight possible. Despite all our habits, each song offers a lot of surprises or pitfalls and upsets the certainties. It's at once disconcerting, terrifying and exciting.

What do you think is different compared to the predecessor, are there innovations?

It’s hard for me to have this analysis. You could talk about that better than me ;-) I have the impression that this album is more intimate than its predecessors. There are also new themes addressed in the lyrics, new atmospheres. There are innovations, yes, but they are sometimes subtle, in the harmonies, in the ways to place oneself rhythmically, in the ambiances, in the work on the sounds of the guitars or the Léode ... Of course, the color of Lazuli is very present, but at the same time we are always looking for new sensations.

It seems to me that the album is a real team performance. Nobody stands out.

Perhaps we are more serene! Everyone has been serving the songs, even more than before. It is a great chance if you can work with beautiful people like Ged, Clo, Vincent and Romain. There are no ego problems, just the will to build something in common.

In previous records, the Léode and the vocals frequently really ‘exploded’, this time this is different, or what do you think?

I have more and more the desire to sing with less "sound power"; the more we talk loudly, the less we make ourselves heard! When we listened to the first albums of LAZULI, we realized that I screamed to make myself heard. This is undoubtedly also the case for Claude with his Léode. There were more notes than needed. We had so much pleasure to take our place, as to leave it to another. Perhaps we have nothing more to prove to ourselves now, it is undoubtedly the benefit of age ;-)

To me, the atmosphere seems very dense and intense. Did you pay special attention to that this time?

The translation of ones emotions is difficult to achieve, this is our quest since a long time. We never look for stylistic exercise. We strive that our feelings become one with our notes and our words. Maybe we get there better and better ?! There was no particular attention paid to that this time, not more than with the previous albums, but without doubt we manage to immerse ourselves in our universe with more ease, instinct and abandonment than before.

How is the "packaging" designed this time? How does the cover-artwork look like?

It's once again a digipack (we don't like plastic ;-)

All illustrations are with autumn colors in a 20 pages booklet. I love working on pictures, I think it's the continuity of lyrics and music! This album is like autumn and winter, melancholic, dark, waiting for spring. It is called "saison 8" (season 8) because it's our eighth album, like the eighth season of a TV series. On the cover there is simply an 8, but for my part, I see this 8 as an embryo or as a cell mitosis. A sort of cell division, like a piece of us leaving us to make its own life. But I have maybe too much imagination ;-)

Did you ever think about singing in English? (I hope not)

Thank you for your "I hope not" in brackets! We have a lot of pressure to do this, I hear regularly "you should sing in English" from some professionals of the music world... Maybe we will do it one day exceptionally for one song, why not , but why not also in Italian or in German... Lyrics are very important to us, they are the trigger and to as close as possible to my feelings, I can only write in my native language. And besides, it would be sufficient to once hear my English accent to stop asking me this question :-D

I return to the professionals of music world; they want that the bands fit into boxes, stereotypes; to sing in English, to follow fashions, to use recipes of work to please to a maximum number of people... I think they’re taking listeners for idiots! I know that people understand me even if I don't sing in their language, there are universal sensations that go far beyond words.

Are there any plans for live performances?

We will be in Germany in April for a dozen concerts. There will also be dates in the Netherlands, Belgium, Switzerland, Italy, France.... A tour in the UK in September ... 2018 promises to be full of adventures...






Félicitations pour le nouvel album! Comment arrivez-vous à présenter un nouvel album avec de nouvelles chansons tous les deux ans?

Merci beaucoup!!!

Ecrire un album demande beaucoup d’énergie et après chaque dernier enregistrement, nous nous disons que nous prendrons d’avantage de temps avant le prochain. Mais à chaque fois, le besoin de dire des choses me pousse à écrire et nous donne l’envie irrépressible de les enregistrer. Nous avons la chance incroyable d’avoir des auditeurs et de pouvoir partager notre musique, nous en profitons au maximum. J’ai toujours peur que tout s’arrête du jour au lendemain et comme si le temps était compté nous profitons du temps présent. Nous ne nous imposons pas deux années entre deux albums, ce sont les chansons qui s’imposent à nous… et c’est sans doute ce monde déconcertant qui nous donne la matière de les écrire, malgré nous.

Ou êtes-vous simplement une équipe parfaitement rodée, puisque la programmation est constante depuis près de sept ans?

C’est vrai que l’équipe est parfaitement rodée mais cela pourrait être aussi un frein ! Comme un vieux couple terne. Heureusement, nous sommes d’avantage comme ces vieux couples toujours amoureux, se connaissant par cœur mais en même temps, découvrant toujours un petit truc nouveau chez l’autre et restant toujours admiratifs l’un de l’autre.

4 albums et 2 DVDs en 7 ans ! C’est vrai c’est beaucoup ! Je ne m’en étais pas aperçu !!! A cause de cette question, je me sens fatigué :-D

Nous faisons tout nous même, chaque étape est conçue et crée par l’un d’entre nous, de l’écriture à l’enregistrement, du mastering à la pochette… C’est beaucoup de tracas, de tourments mais aussi énormément de bonheur, de satisfaction et d’exutoire à nos angoisses. A chaque fois une aventure nouvelle.

Avez-vous approché le nouvel album comme vous le faites habituellement, ou avez-vous fait des changements dans la composition ou la production?

Ce qui est habituel, c’est l’excitation qui nous enflamme quand nous attaquons un nouveau projet et toujours ce même doute qui nous assaille dès que l’excitation est passée. Du coup, ce doute nous pousse à nous dépasser, à chercher encore plus au fond de nous même.

Une « méthode » s’impose depuis toujours ; j’écris les chansons en solitaire, puis nous travaillons sur les premières idées de mises en formes avec Ged et Claude, puis Vincent et Romain portent ensuite leurs regards. Travailler en plusieurs étapes avec les sensibilités de chacun, permet de faire des choix de direction avec un peu plus de recul. Malgré toutes nos habitudes, chaque chanson offre son lot de surprises ou d’embuches et remettent en cause les certitudes. C’est à la fois déconcertant, terrorisant et passionnant.

Que pensez-vous qu’il soit différent par rapport au prédécesseur, y at-il des innovations?

Il est difficile pour moi d’avoir cette analyse. Vous pourriez en parler mieux que moi ;-) J’ai quand même l’impression que cet album est plus intimiste que ses prédécesseurs. Il y a aussi de nouveaux thèmes abordés dans les paroles, de nouvelles atmosphères. Il y a des innovations mais elles sont parfois subtiles, dans les harmonies, dans les façons de se placer rythmiquement, dans les ambiances, dans le travail des sons des guitares ou de la Léode… Bien sur, la couleur de Lazuli est très présente mais en même temps nous cherchons toujours de nouvelles sensations.

Il me semble que l'album est une vraie performance d'équipe. Personne ne se démarque.

Peut-être sommes nous plus sereins ! Tout le monde s’est mis au service des chansons, peut-être encore plus qu’auparavant. C’est une grande chance que j’ai de travailler avec de belles personnes comme Ged, Clo, Vincent et Romain. Il n’y a pas de problèmes d’ego, juste la volonté de construire quelque chose en commun.

Dans les disques précédents, la Léode et le chant ont souvent explosé, cette fois c'est différent, ou que penses-tu?

J’ai de plus en plus envie de chanter avec moins de « puissance » ; plus on parle fort, moins on se fait entendre, n’est-ce pas ? Quand on écoute les premiers albums de Lazuli, on se rend compte que je m’égosille pour me faire entendre. C’est sans doute le cas aussi pour Claude avec sa Léode ; Il y avait plus de notes que nécessaires. Nous avons autant de plaisir à prendre notre place, qu’à en laisser une à l’autre.

Peut-être n’avons nous plus rien à nous prouver à nous même, c’est sans doute le bénéfice de l’âge ;-)

Pour moi, l'atmosphère semble très dense et intense. Y avez-vous porté une attention particulière cette fois?

La traduction de ses émotions est difficile à réaliser, c’est notre quête depuis longtemps. Nous ne cherchons jamais l’exercice de style. Nous nous évertuons à ce que nos sentiments fassent corps avec nos notes et nos mots. Peut-être y arrivons nous de mieux en mieux ?! Il n’y a pas eu d’attention particulière cette fois, pas plus que pour les précédents albums mais sans doute arrivons nous à nous immerger dans nos univers avec plus de facilité, d’instinct et d’abandon qu’auparavant.

Comment l'emballage est-il conçu cette fois? À quoi ressemble l'illustration de couverture?

C’est une fois encore un digipack (nous n’aimons pas le plastique ;-)

Toutes les illustrations sont dans des couleurs automnales dans un livret de 20 pages. J’adore travailler les images ! Cet album est comme un automne et un hiver qui attendent un printemps. Il s’appelle « saison 8 », par ce qu’il est notre huitième album, un peu comme la huitième saison d’une série télé. Sur la couverture il y a tout simplement un 8 mais pour ma part, je vois ce 8 comme un embryon ou comme la mitose d’une cellule. Une sorte de division cellulaire, comme un morceau de nous qui nous quitte pour faire sa propre vie. Mais j'ai peut-être trop d'imagination ;-)

Avez-vous déjà pensé à chanter en anglais? (J'espère que non)

Merci pour ce « j’espère que non » entre parenthèse !!! Nous avons beaucoup de pression pour faire cela, j’entends régulièrement « tu devrais chanter en Anglais » de la part de certains tourneurs, de certaines maisons de disque... Peut-être le ferons nous un jour exceptionnellement pour une chanson, pourquoi pas, mais pourquoi pas aussi en Italien ou en Allemand… Pour être au plus proche de mes sentiments, je ne peux qu’écrire dans ma langue maternelle. Les textes sont très importants pour nous, ils sont le déclencheur. Et par ailleurs, il suffirait d’entendre mon accent Anglais pour arrêter de me poser cette question :-D

Beaucoup de professionnel du monde de la musique veulent que les groupes rentrent dans des cases, des stéréotypes ; chanter en Anglais, se fondre aux modes, utiliser les recettes qui fonctionnent pour plaire à un maximum de gens… je crois qu’il prennent les auditeurs pour des idiots ! Je sais pertinemment que les gens me comprennent même si je ne chante pas dans leur langue, il y a des sensations universelles qui vont bien au delà des mots.

Y a-t-il des plans pour des spectacles en direct?

Nous serons en Allemagne au mois d’avril pour une dizaine de concerts. Il y aura également des dates aux Pays-Bas, en Belgique, en Suisse, en Italie, en France…. Une tournée au Royaume Uni à la rentrée… 2018 s’annonce pleine d’aventures…


By: Michael Haifl, Übersetzung U.Violet
Search magazine


A.R. & MACHINES „The Art Of German Psychedelic“

A.R. & MACHINES „The Art Of German... [more]


Flashback 2017

Wie jedes Jahr zu dieser Zeit ziehen nicht nur... [more]

Special Feature

PAYNE´S GRAY (Part V - The Road to Christiania)

Kennt Ihr ´Kadath Decoded`? Ist Euch PAYNE´S GRAY... [more]


Streetclip.TV on Facebook


Streetclip.TV on YouTube